Historique

Aux abords de la forêt domaniale de Caumont, Songeons (1130 habitants) est située dans la vallée du Thérain, près d'un ancien site gaulois investi par les Romains, formant ainsi la ville gallo-romaine des muguets (murget : petit mur).

Ravagée par les Normands, pillée par les troupes de Charles le Chauve, Sonjuns au XIIe siècle, Sompniacum au XIIIe, Songeons est au XVIe propriété de Jean le Carpentier qui la vend au seigneur de Marcus.
Elle passe aux mains de Michel de Conflans, marquis de Saint Rémy, dont la famille occupait la ferme de La Chapelle sous Gerberoy.
Diane de Jussac, marquise d'Armentières, fait construire le château actuel en 1720 (les jardins sont dessinés par Le Nôtre) qui passe en 1778 à la famille Personne de la Chapelle. Celle-ci contribue fortement au développement agricole de la région.

Pris par les Prussiens en 1870, le château est occupé militairement pendans les deux guerres mondiales.

L'industrie de la lunette s'implante en 1730 et prospère jusqu'en 1928 ; elle employait à domicile jusqu'à 300 personnes. La société des lunetiers est devenue Essilor International, groupe de première importance mondiale.

Aujourd'hui, la région de Songeons reste surtout agricole, l'élevage de bêtes à cornes et la production laitière dominant les activités.

Le tourisme, grâce au bois de Caumont et à la proximité de Gerberoy, classé parmi les plus beaux villages de France, offre de remarquables buts de randonnée ; Saint-Germer-de-Fly n'est qu'à 15 km de Songeons.